[Carnet de voyage #1] – Sur les routes de la Provence à Vélos

J+7, 312km.

Ça fait déjà une semaine que nous sommes parties de Cabannes à la (re)découverte des paysages variés de la Provence ! Vignes, oliviers, villages perchés, champs de lavande, pastis: on en prend plein les yeux et plein les jambes !

C’est vrai qu’on n’a pas vraiment eu l’occasion de se connecter cette semaine pour vous donner des nouvelles. En fait, nos journées ont été bien occupées entre la route, les rencontres et la satisfaction de nos besoins les plus primaires ! Dès les premiers jours, nos jambes ont été mises à rudes épreuves ! Nous qui n’étions pas particulièrement entrainées à la grimpette, on a été jetées dans le bain immédiatement, à la conquête de nos muscles ! Même dans les descentes, le vent de face, on arrivait à peine à 12 km/h, c’était plutôt long ! Ce vent d’est nous repoussait délibérément en direction de Cabannes ! Mais on est plutôt contentes, on a réussi à respecter les étapes de notre feuille de route, et avec ce vent, c’était vraiment loin d’être gagné.

Quelques anecdotes ci-dessous (si jamais… )

Et plus de photos du voyage par ici !

——

Dès le premier soir, un vent de liberté souffle sur Beaumettes ! Bourgade à proximité de l’endroit où on a passé notre première nuit, accompagnées par la pluie ! Chanceuses puisqu’elle s’est arrêtée au réveil et nous avons pu reprendre la route au sec ! (mais pas sous le soleil non plus, faut pas pousser!)

Un souffle de liberté

Villemus. On a fini par planter la tente sur un délicat matelas de cailloux, faute de mieux. Nichées dans un décor apocalyptique entre des petites touffes de Thym et le lieu de tournage de « Portés disparus » le vent soufflait tellement fort qu’on a bien cru qu’on allait s’envoler. Bonne nouvelle, notre tente est solide !

Sillans la Cascade. On aperçoit un bord de rivière arboré et aménagé avec des tables de pique-nique. Endroit idéal pour prendre notre premier bain depuis maintenant plusieurs jours. Anais court jusqu’à la rivière, à moitié nue avec sa serviette en guise de robe et commence joyeusement sa toilette. Quand soudain, en levant la tête, elle aperçoit voitures, passants et chiens qui se dirigent droit dans notre nouvelle salle de bain. On était loin d’être seules.

Sillans la Cascade

Flayosc. On a eu du mal a trouver un endroit où planter notre maison. Entre propriétés privées, zones industrielles, terrains de chasse, grosses routes, et sol peu accueillant : pas simple. Le vent dans la face, on avait juste envie de se poser ! On finit par se résigner à s’installer en contrebas d’un terrain de foot. Petit indice pour la suite, le terrain était parsemé de crottes d’animaux. Mais peu importe, elles ont l’air sèches, et on a envie de se coucher ! On a passé une nuit agitée, des rôdeurs nous ont réveillés vers 2-3h du matin. D’un pas lourd, ils semblaient se diriger en courant vers notre tente. On se réveille, le coeur prêt à sortir de notre thorax. Des sangliers ! À la vue des crottes on aurait pu s’en douter, mais difficile d’imaginer la présence de ces animaux sauvages si proche des habitations. On n’a pas fait les malignes !

Bargemon. Ça monte encore (vu le nom on aurait pu s’en douter!) mais c’est super beau. Ce soir, on est logées chez Claudine, notre hôte Warmshower. On arrive dans sa petite maison chaleureuse dans une rue étroite, très en pente. On passe une soirée super agréable à papoter, manger des crêpes et boire du cidre. On s’est bien marrées. Elle nous raconte les yeux pétillants ses nombreuses anecdotes de voyages en stop en Grèce, en Irlande et ailleurs. Au fil de nos discussions, elle évoque une période de sa vie où elle a vécu au Sri-Lanka avec son fils de 8 ans. Au bout d’un moment, Anais finit par lui demander si son fils est retourné au Sri-Lanka depuis. Incroyable. Il se trouve qu’effectivement, 2 ans en arrière, il était à Galle (sud du Sri-Lanka). C’est là qu’Anais l’avait rencontré, et ils avaient même passé plusieurs jours ensemble ! Le monde est définitivement petit.

Bargemon au loin
Drapeaux de prières

2 réponses

  1. Les filles, entre ce blablog et Facebook je sens que je vais devenir une lectrice totalement accro.
    Vos textes sont vivants et drôles, on est avec vous, on souffre ds les côtes ou face au vent et on se baigne dans les cascades désertes…
    Merci merci. Enjoy!
    Jacqueline et Michel

    1. Merci Jacqueline et Michel pour ce gentil message ! Ca nous fait très plaisir de vous emporter avec nous dans nos sacoches pour vous faire vivre avec nous ces aventures 🙂
      À bientôt,
      Anaïs & Jessica,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.